Communiqué d’Elus Catholiques dans la Cité

Fondé en 2014, le réseau Élus Catholiques dans la Cité conseille les élus municipaux catholiques pour promouvoir le Bien commun dans l’exercice de leurs fonctions.

Nous constatons qu’il est plus que jamais nécessaire de faire émerger une nouvelle génération d’élus municipaux animés de la volonté de rechercher le bien commun, en s’appuyant sur les principes chrétiens et la loi naturelle, profondément civilisateurs, garants de l’équilibre et de la paix sociale pour notre pays.

Forts de ce constat, nous lançons l’opération ECC 2020 qui a pour ambition d’inciter le plus grand nombre de catholiques à se présenter aux élections municipales qui se tiendront en 2020 et de les accompagner dans leur démarche. ECC 2020, n’est pas un parti, il ne s’agit donc pas de présenter des candidats sous l’étiquette ECC, mais de les aider dans leur engagement, sans aucune contrepartie.

Que ces candidats rejoignent une liste en cours de constitution ou, s’ils sont plus entreprenants, qu’ils constituent leur propre liste, dès lors qu’ils souhaitent promouvoir des valeurs inspirées des racines chrétiennes de la France, nous serons heureux de leur apporter notre aide. Celle-ci se décline en conseils tirés de l’expérience des élus de notre réseau, en diffusion de documents aidant à faire campagne et, autant que souhaitée, par la mise en relation avec des élus ayant fait campagne dans des conditions similaires à la leur.

Vous êtes le sel de la terre, si le sel s’affadit avec quoi le salera-t-on ?

« L’homme est un animal social et politique ». Social parce que vivant en société et politique parce que choisissant la façon de s’organiser en société. L’homme a donc des responsabilités en matière d’organisation et fonctionnement de la société et le chrétien tout autant que les autres et même plus puisque, par son baptême, puis sa confirmation, il a le bonheur de participer à l’évangélisation du monde qui l’entoure.

Certes cet engagement dans la Cité n’est pas toujours facile : le baptisé est écartelé entre ses différents devoirs d’état (vis-à-vis de son conjoint, de ses enfants, de son métier, de sa paroisse, etc.) et l’action au sein d’une commune lui est souvent présentée comme un chemin semé d’embûches (partis politique omniprésents, luttes d’influence,  rivalités, prévarication, etc.). Cependant la difficulté ne doit pas le détourner de son devoir de citoyen et s’il a les qualités requises il doit les mettre au service de la communauté. Ce devoir est d’autant plus impérieux que, travaillant dans une structure plus étendue que son propre environnement, son influence au conseil municipal aura des répercussions positives sur un grand nombre de personnes. Et puis, l’expérience le montre, cet engagement municipal est aussi un enrichissement personnel, par les contacts qui se nouent et les responsabilités exercées au profit de la collectivité.

A contrario, ne pas s’intéresser « à la chose publique », c’est laisser le champ libre à des personnes qui, pour certaines, y voient plus l’occasion de se servir que de servir…