Des maires sur le départ, une chance pour la France réelle

De Martin Pellerin, Coordonnateur des Elus Catholiques dans la Cité 2020 :

Un récent sondage de l’IFOP montre que les maires seraient nombreux à ne pas se représenter aux municipales de 2020. Le sondage indique que derrière les mots « difficultés à remplir leur mission », les édiles se plaignent d’une usure physique et du désengagement de l’État.

Les gilets jaunes ont fait la preuve de la place essentielle du maire

bv0219

De Benoît Meugniot, Président d’Élus Catholiques dans la Cité, sur Boulevard Voltaire :

Depuis de nombreuses années, l’on nous explique que seules les grandes régions et les grandes métropoles seront, demain, capables de nous hisser à hauteur des enjeux européens et mondiaux, ce que jamais ne feront nos départements, et encore moins nos petites communes rurales.

Alors, ces dernières années, nos gouvernements de droite comme de gauche ont fait voter successivement les lois RCT, en 2010, MAPTAM, en 2014, NOTRe, en 2015, textes qui visent sans discontinuer à la réduction des attributions des maires, puis la disparition des petites communes, insignifiantes au regard de nos dirigeants.

Les gilets jaunes ont fait la preuve de la place essentielle du maire !

bv0219

Depuis de nombreuses années, l’on nous explique que seules les grandes régions et les grandes métropoles seront, demain, capables de nous hisser à hauteur des enjeux européens et mondiaux, ce que jamais ne feront nos départements, et encore moins nos petites communes rurales.

Alors, ces dernières années, nos gouvernements de droite comme de gauche ont fait voter successivement les lois RCT, en 2010, MAPTAM, en 2014, NOTRe, en 2015, textes qui visent sans discontinuer à la réduction des attributions des maires, puis la disparition des petites communes, insignifiantes au regard de nos dirigeants.

Posté le 19 novembre 2018

Tous les maires ne dépriment pas

maison

Dans un précédent article nous faisions état du grand nombre de maires qui, désabusés, ne se représenteraient pas aux prochaines élections municipales. Il en existe encore pourtant, Dieu soit loué, qui sont contents de leur sort et invitent même les catholiques à briguer cette fonction. Ceux qui s’intéressent à cette question et envisagent de se présenter aux élections municipales peuvent obtenir aide et formation auprès d’Elus Catholiques dans la Cité 2020 (www.2020.eluscatholiques.fr)

Le témoignage de ce maire, publié dans la revue de juin de « Famille d’abord » du Mouvement Catholique des Familles (www.m-c-familles.fr) met du baume au cœur…

Pour apprendre d’un élu comment l’autorité peut s’exercer au plan politique local, Famille d’Abord s’est rendu dans une commune du centre de la France. Son maire, Bernard Piot, répond à nos questions. Nous avons conservé le style parlé de cet entretien.

Posté le 16 novembre 2018

Crise chez les maires. Qui les remplacera ?

amf

Selon une étude du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof) auprès des 35 357 maires du pays, la moitié d’entre eux ne souhaite pas se représenter en 2020. En 2014, lors des dernières élections municipales, 60 % des maires sortants ont été réélus. Parmi les raisons, les maires invoquent les difficultés à satisfaire les demandes des administrés, le manque de moyens, le sentiment d’être inutile…

À la question de savoir si les maires ont d’ores-et-déjà pris une décision vis-à-vis du renouvellement de leur candidature, un maire sur deux (50 %) indique vouloir abandonner son mandat de maire. Cette proportion atteint 55 % pour les maires des communes de moins de 500 habitants contre 28 % pour les communes de 5 à 10 000 habitants et 9 % pour les communes de plus de 30 000 habitants.

Posté le 20 octobre 2018 à 16h35 | Lien permanent|

Elus catholiques dans la Cité, pour le rendez-vous de 2020

p1050708

De Marc Paitier, cadre d’Elus Catholiques dans la Cité

« Nos adversaires, nous ont-ils répondu ? Ont-ils opposé doctrine à doctrine, idéal à idéal ? Ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la Révolution l’entière pensée catholique ?… Non ! Ils se sont dérobés. »

Ces reproches que le socialiste Jaurès adresse aux parlementaires catholiques lors de la discussion de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat sont terribles. Ils conservent toute leur pertinence.

     BV

 

ELECTIONS MUNICIPALES 2020
Catholiques, entrons en
campagne pour les campagnes ! !

 Sans titre

 

Ayant été sollicité, en son temps, par mes amis de Catholiques en Campagne pour la rédaction de plusieurs articles, c’est aujourd’hui aux catholiques des campagnes que je voudrais m’adresser. La ruralité est menacée dans son fondement même et la visite en Dordogne du Président de la République en juillet, censée montrer son intérêt pour la ruralité, n’a pas dissipé les inquiétudes.

Posté le 18 juin 2018 
Le moment est donc venu de s’engager sur le plan politique municipal

Lu sur Boulevard Voltaire :

sb

"Au pèlerinage de Chartres, le cardinal Sarah a lancé un vibrant appel aux catholiques pour qu’ils s’impliquent dans la vie sociale et politique de leur pays, insistant sur l’urgence de leur engagement. Les élections municipales de 2020 offrent une occasion de répondre à ne pas laisser passer !

L’élection municipale constitue, en effet, un terrain de choix pour ceux qui veulent peser sur le destin national. Les catholiques, d’une manière générale, s’intéressent aux questions politiques et sociales, ils sont très présents dans le réseau associatif, mais peu d’entre eux se risquent à l’exercice démocratique de la représentation politique.

Très souvent refroidis par les thématiques parfois réductrices des partis, ils préfèrent s’investir dans la sphère privée, caritative, sociale ou intellectuelle, choses essentielles mais qui doivent obligatoirement se prolonger dans le politique pour perdurer et s’incarner.

     BVDimanche 17 juin

 

ELECTIONS MUNICIPALES 2020
CATHOLIQUES, ENGAGEONS-NOUS
DANS LE COMBAT MUNICIPAL !

 BV1

 

Au pèlerinage de Chartres, le cardinal Sarah a lancé un vibrant appel aux catholiques pour qu’ils s’impliquent dans la vie sociale et politique de leur pays.

Posté le 4 juin 2018 à 16h35 | Lien permanent|

Aider les catholiques pour les prochaines municipales

sb

Le Salon beige s’est entretenu avec Christophe, cadre d’ECC 2020. Christophe, après avoir exercé un premier mandat municipal dans un tout petit village rural, est aujourd’hui conseiller dans une commune de près de 5 000 habitants à la périphérie de la région parisienne. Au sein d’ECC 2020 il est chargé de l’élaboration des programmes électoraux pour les municipales.

Bonjour, Christophe, dites-nous tout de suite ce que signifie cet acronyme ésotérique ECC 2020 …

ECC tout d’abord. ECC signifie « Élus catholiques dans la cité » ; il s’agit d’un réseau d’élus municipaux lancé à la suite des dernières municipales, celles de 2014, pour aider les élus à promouvoir une vision catholique de la gestion communale.

2020 : c’est la déclinaison d’ECC pour l’échéance de 2020.

Parce qu’en 2020 …

20180514lesalonbeige

"Fondé en 2014, le réseau Élus Catholiques dans la Cité conseille les élus municipaux catholiques pour promouvoir le Bien commun dans l’exercice de leurs fonctions.

Nous constatons qu’il est plus que jamais nécessaire de faire émerger une nouvelle génération d’élus municipaux animés de la volonté de rechercher pour leur commune le bien commun, en s’appuyant sur la loi naturelle, profondément civilisatrice, garante de l’équilibre et de la paix sociale pour notre pays.

Forts de ce constat, nous lançons l’opération ECC 2020 qui a pour ambition d’inciter le plus grand nombre de catholiques à se présenter aux élections municipales qui se tiendront en 2020 et de les accompagner dans leur démarche. ECC 2020, n’est pas un parti, il ne s’agit donc pas de présenter des candidats sous l’étiquette ECC, mais de les aider dans leur engagement, sans aucune contrepartie.