Quelle était votre situation personnelle lors de votre accès à des fonctions municipales ?

Pour le premier mandat, j’avais 35 ans, j’étais mariée et mère de quatre enfants.

Quel était le contexte politique local ?

Une commune de 10000 habitants dirigée par un maire centriste avec une liste composée de personnes de sensibilités diverses, rassemblées contre la liste communiste.

Une liste alternative de droite soutenue par l’UMP cherchait à se monter.

Quels ont été vos premières démarches pour devenir conseiller municipal ?

Le maire et un adjoint se sont présentés plusieurs fois à la maison car ils cherchaient une femme pour compléter leur liste. La famille étant connue sur la ville, ils souhaitaient placer ce nom là sur leur liste.


Aviez vous une expérience particulière en la matière ?

Etant infirmière et mère de famille, je n’avais aucune expérience et compétence particulière.

Avez-vous mené une campagne électorale, et si oui, de quel type ?

Pour le premier mandat,

je suis arrivée en fin de campagne électorale.

Mon travail a été principalement de m’insérer dans l’équipe.

Pour les deux mandats suivants, j’ai été active dans l’élaboration et la mise en forme du programme, dans le tractage et dans les diverses réunions locales.

Pour le troisième mandat, j’étais présidente de l’association d’opposition, mais la liste d’intérêt générale apolitique que nous menions n’a pu gagner les élections, car au dernier moment une liste d’un parti politique s’est montée, divisant ainsi les voix de l’opposition et créant ainsi un boulevard au maire communiste sortant.


Quelle en a été l'issue ?

Pour le premier mandat : conseillère municipale dans la majorité (toutes de tendance
anti-communiste avec 29 élus de la majorité)

Pour les deux mandats suivants : conseillère municipale d’opposition.


Quelles sont vos fonctions exactes, quel rôle jouez-vous, quelle influence exercez-vous ?

Pour le premier mandat quelques commissions et délégations m’ont été affectées :

  • Au social (CCAS, logements sociaux, animations séniors, cuisine centrale)
  • À la culture (j’ai pu organiser et gérer divers animations, expositions de crèches, marché de Noël, théâtre, cinéma)
  • Commission scolaire (primaire, périscolaire)

Pour les deux autres mandats dans l’opposition : CCAS, commission scolaire. 


Vos impressions générales ?

On peut faire beaucoup de choses quand on est dans la majorité élue.

Il n’est pas nécessaire d’être adjoint, car l’adjoint est souvent confiné sur son terrain.

            Un  adjoint doit aussi ‘célébrer’ les mariages, ce qui pose souvent un problème moral.

Etre simple conseiller, ayant en charge plusieurs commissions et délégations ouvre déjà à une large influence.

Il n’est pas nécessaire non plus d’avoir des compétences particulières, il faut surtout être présent, passer régulièrement aux nouvelles, discuter et donner son avis.

Il est nécessaire d’avoir du bons sens, d’avoir le sens du bien commun et un grand désir du rayonnement de la chrétienté, ce qui permet de faire feu de tout bois, par exemple :

  • Placer quelques bons livres à la bibliothèque.
  • A la cuisine centrale, mettre le menu poisson hebdomadaire le vendredi.
  • Soutenir un élu écolo qui se bat contre la pollution (entre autres : visuelle) pour faire enlever les panneaux publicitaires de la commune et par-là changer le règlement municipal)
  • Surfer sur les traditions populaires pour solenniser les fêtes religieuses. Ex Noël : expositions de crèches, spectacle de Noël gratuit pour les écoles ex Pastorale des santons de Provence, animations sur les thèmes de Noëls étrangers ex : Italie, Pologne, Canada, Afrique, Amérique latine ou thèmes régionaux : la Provence et ses santons.
  • S’il y a sur la commune une chapelle ou une école libre : les faire connaitre, inviter les conseillers aux événements qu’elles organisent : fêtes, kermesses, spectacles… Tisser des liens en intégrant ces écoles par exemple dans le Jumelage de la ville, en les faisant participer à certaines bonnes manifestations ou expositions.
  • Tisser des liens avec le correspondant de presse pour ‘mettre en musique’ les bonnes animations.
  • Favoriser l’embauche de bonnes personnes lorsqu’on a connaissance de vacance de postes (crèche, cuisine, etc.)
  • Les contacts avec les services sociaux sont l’occasion de réaliser plein de petites charités.

Pour les mandats dans l’opposition : Il est apparu  très difficile de travailler  réellement  car il y a une obstruction très importante des infos, une mise à l’écart des conseillers d’opposition et une surveillance assidue des services et du personnel de mairie.


Si c'était à refaire ?

Il faut suivre les opportunités de la Providence,

il faut vouloir faire et se laisser faire, alors … pourquoi pas ?